TROTTINETTES EN VUE : TOUS AUX ABRIS

Point n’est besoin d’une grande analyse pour comprendre de quoi il s’agit. Avec la période covid19, on a vu fleurir un article « très sérieux » publié dans une revue elle même se voulant sans reproche : l' »Asian Journal of Medicine and Health » . Le titre de l’article était : SARS-CoV-2 was Unexpectedly Deadlier than Push-scooters : Could Hydroxychloroquine be the Unique Solution? qui se traduit en français par « Contrairement aux attentes, SARS CoV2 plus létal que les trottinettes : Est-ce que l’hydroxycholoroquine pourrait-être la seule solution ? Parmi les auteurs, Sylvano Trotinetta, Otter. F. Hantome, Nemo Macron et Manis Javanica. Les affiliations étaient les suivantes : « Le BITE ( Belgian Institute of Technologie and Education, l’Institut de la science à l’arrache de Neuneuchâtel, le collectif Laissons les vendeurs de trottinettes prescrire » et j’en passe…

Pour plus d’informations, je vous renvoie vers l’excellent article de France Info qui reprend l’historique de l’aventure menée.


LA PREDATION DANS LES PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES

Le but était de montrer que l' »Asian Journal of Medicine and Health faisait partie de ces revues prédatrices qui publient des articles qui promettent la relecture par un comité de lecture avant publication, qui demandes des frais de publications au chercheur soit-disant pour couvrir leurs frais, les équipes à rémunérer. Derrière tout ca, le chercheur se retrouve démuni, ayant payé pour être publié dans une revue qui fait semblant de respecter les standarts de sérieux en vigueur alors qu’elle en est loin.

Qu’apprend-on dans HAL et dans l’étude sérieuse menée sur ces prédateurs ?

GEOGRAPHIE DES REVUES PREDATRICES

Ces pratiques sont légion et souvent le fait de pays africains ou du sud est asiatique. Des pays en voie de développement ou n’ayant pas les moyens de disposer de revues institutionnelles référencées dans le DOAJ.

En fait, nous trouvons deux mondes qui se côtoient : les pays du nord de l’Europe et les Etats-Unis, fortement ancrés dans une économie matérialiste, riche et à l’origine d’un marché scientifique dans lequel les APC sont souvent hors de prix mais pour lesquels les laboratoires occidentaux ont les moyens de payer pour être publiés avec passage devant ledit comité de lecture sérieux qui valide ou non ladite publication, et de l’autre côté , la revue prédatrice capable de copier les modèles en vigueur : la demande d’APC, l’existence du comité de lecture qui valide ou non l’article du chercheur, l’existence de l’ISSN , l’attribution de DOI.

Ces pratiques bien que frauduleuses viennent de pays qui n’ont pas les moyens la plupart du temps de publier dans les revues avec APC occidentales et sérieuses. Afrique ou Asie reproduisent alors les modèles en vigueur avec plus ou moins de sérieux.

« [cette géographie] reflète donc le recours de ces chercheurs à un modèle d’auto-publication qui leur permet de prétendre à une visibilité. […] cela peut être appréhendé comme une riposte des chercheurs des pays du Sud, vis à vis d’un système de publication scientifique occidental, capitaliste, pensé par les pays du Nord, qui les exclut et et ne véhicule donc pas l’universalisme de la science. »

In « Chérifa Boukacem-Zeghmouri, Sarah Rakotoary, Pascal Bador. La prédation dans le champ de la publication scientifique : un objet de recherche révélateur des mutations de la communication scientifique ouverte. » hal-02941731.

COMMENT RECONNAITRE UNE REVUE PREDATRICE

LES CARACTERISTIQUES PRINCIPALES

  • Elles se réclament du libre accès (modèle voie dorée avec paiement d’APC pour publication).
  • Absence d’évaluation par les pairs (peer-rewieving) ou délai d’acceptation d’un article très court.
  • Elles contrefont les revues dites légitimes.
  • Elles envahissent vos boîtes mail.
  • Elles flattent le chercheur.

LES LISTES EXISTANTES.

Il n’existe aujourd’hui aucune liste à jour des revues prédatrices. Voici celles existantes :

et bien sur des bases payantes comme le DOAJ qui vous donne les revues sérieuses référencées ou le web of Science de Clarivate analytics payant lui-aussi qui propose depuis 2015 l’index Emerging Sources Citation Index – ESCI qui regroupe des revues « sérieuses et prometteuses » issues des pays émergents, ainsi que de nouveaux Index le Chinese Science Citation Database, Le SciElo Citation Index, le Russian Science Citation Index, le KCI-Korean Journal Database et tout dernièrement, le Arabic.

AU DELA DES LISTES

Il faut savoir au final qu’il n’existe pas forcément de bonnes ou mauvaises listes et que, parfois, des revues qualifiées de « prédatrices dans une liste sont bonnes dans une autre. En témoigne le croisement des listes Cabells, le DOAJ et la liste de J. Bealls a permis l’identification de 72 revues pouvant à la fois appartenir à une white et blacklist.

« Predatory journals have found ways to penetrate these lists, and new journals have to publish for at least a year before they can apply for indexing » (Grudniewicz, 2019). »

In « La prédation dans le champ de la publication scientifique : un objet de recherche révélateur des mutations de la communication scientifique ouverte » Chérifa Boukacem-ZeghmouriSarah RakotoaryPascal Bador

LE PROFIL DES CHERCHEURS QUI PUBLIENT DANS CES REVUES

Certains chercheurs jeunes et inexpérimentés se retrouvent souvent victimes non consentantes de ces revues prédatrices. L’étude de HAL nous indique qu’il s’agit la plupart du temps de jeunes chercheurs ayant peu de culture liée au domaine et appartenant aux pays émergeants manquant de moyens mais elle nous montre aussi que des chercheurs plus âgés*, pris dans l’étau de la logique du Publish or Pérish publient dans ce type de revue en toute connaissance de cause pour obtenir une présence accrue sur les revues scientifiques.

In « p 11 La prédation dans le champ de la publication scientifique : un objet de recherche révélateur des mutations de la communication scientifique ouverte » Chérifa Boukacem-ZeghmouriSarah RakotoaryPascal Bador

Le problème reste donc difficile à appréhender si l’on s’en tient à un regard manichéen. D’un côté, les bons de l’autre les méchants. L’étude conclue à une nécessaire analyse plus profonde, liée à des facteurs économiques et sociaux , à une géographie et des valeurs à prendre en compte. Bref, l’enjeu implique des choix politiques.

his work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.