PEER REVIEW OR NOT PEER REVIEW EN PERIODE DE COVID19

L’article mis en avant dans ce billet est celui de Bernard RENTIER, épidémiologiste à l’ULiège Dans son blog “ouvertures immédiates“, en date du 2 novembre ainsi que la reprise de son propos dans le Mediapart du 3 novembre 2020, il fait état de l’intérêt du mouvement de l’open access dans le cadre de la pandémie que nous subissons tous. Cependant, l’originalité de son propos réside dans la notion de Peer Rewiewing qu’il revisite à la faveur du covid.

LE PEER REWIEWING : UNE ETAPE DANS LE PROCESSUS DE PUBLICATION DES ECRITS DE LA RECHERCHE

Rappelons de quoi il s’agit. Le chercheur en sciences humaines et sociales mais aussi en sciences dures doit, avant d’être publié dans une revue reconnue, passer par un comité de lecture ou peer rewieving en anglais. Il s’agit d’évaluer le contenu de l’article soumis à publication. Ce processus obéit à des critères qui valident ou non le sérieux du travail rendu car il est effectué par des “pairs” scientifiques, des enseignants-chercheurs ou chercheurs du même domaine auquel appartient l’article évalué.

Si l’article passe cette étape, le processus de publication se poursuit avec de fortes changes de publication. Si l’article est retoqué, deux cas se présentent : un refus de publication définitif, une demande de corrections qui permettra si elle est suivie par l’auteur d’avoir une seconde chance pour être publié dans ladite revue.

LE PEER REWIEWING : UN GAGE DE SERIEUX

Nous le voyons donc, le peer rewiewing est un gage de sérieux qui valide le contenu d’un travail scientifique académique. Cependant, on se doute, le processus prend du temps entre les lectures, les relectures, parfois les corrections nécessaires, la validation. Et pendant ce temps, le covid19 poursuit sa marche inexorable et légère là où nos sociétés sont lourdes de démarches chronophages, d’étapes à passer.

UN ETAT DE GUERRE

Alors que la télévision, les chefs d’état, les médecins, les journalistes, les chroniqueurs ont tous fait référence à un état de guerre contre un ennemi invisible qui se diffuse rapidement parmi nous et fait ses victimes, il est nécessaire d’accélérer le processus de recherche et d’échanges internationaux entre chercheurs. L’open access favorise ces échanges mais Bernard Rentier met, en plus en avant, la nécessité d’ouvrir “les vannes” de la publication. Les publications non encore soumises au processus de peer-rewieving sont sur les plateformes d’archives de prépublications d’articles scientifiques qui permettent le dépôt de travaux à foison et sans perte de temps ni passage par des intermédiaires. On voit la recherche avancer en temps réel. Il y a bien sûr des articles à écarter pour leur manque de sérieux mais le chercheur peut lui même peut faire “sa chasse aux sorcières”. L’open Peer rewiew prend la place. Les articles faux ou révélant des incompétences sont évalués, les rapports d’évaluation sont rendus publics parallèlement à l’article pertinent et la communauté scientifique au sens large, c’est- à- dire pas que les évaluateurs, peut se prononcer sur ledit article. Les démarches d’évaluation deviennent transparentes et le “bon grain” est séparé de “l’ivraie”.

[…] c’est bien l’exposition immédiate, en libre accès, par les éditeurs des revues impliquées qui a permis à la communauté scientifique de repérer des fraudes et a amené leurs auteurs à la rétraction des articles. Les errances observées dans la communication sur la COVID-19 ont été l’occasion de montrer que la publication libre et ouverte n’est en contradiction ni avec l’assurance de la qualité scientifique, ni avec l’éthique de la recherche¹.

APRÉS LE COVID

Il reste à nous interroger sur la période post-covid avec les avancées scientifiques qu’elle nous aura permise mais aussi la mise en avant de l’open access et de ses pratiques favorisant l’échange rapide des savoirs. A l’heure où l’évaluation du chercheur est interrogée non plus seulement sur des critères quantitatifs mais bien sur des critères qualitatifs, la pratique de l’open peer rewieving nous offre, par la publication directe du document non encore évalué, un moyen de remettre les pendules à l’heure et de permettre à de jeunes chercheurs de qualité mais ayant peu de visibilité sur les revues mondialement connues, de se faire connaître et ainsi d’émerger de la masse.


¹ Mediapart ” De la nécessité de la Science Ouverte, en temps de pandémie et bien au-delà”, 3 nov 2020, Reprise de l’article de blog de Carta Académia  par Bernard Rentier et Marc Vanholsbeeck

Licence CC-BY

 

 

Mise à jour le 05/11/2020


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.