BILLES

SENSIBILISER AU PLAN DE GESTION DE DONNÉES

INTRODUCTION

Le 26/01/21, une conférence en ligne* concernant la rédaction des plans de gestion de données (PDG) ou data management plan (DMP). Les intervenants faisaient part de leur expérience dans le cadre de la mise en place du PGD dans leur établissement.

Quatre établissements étaient représentés. Deux universités : Lorraine et Lausanne, un établissement public à caractère industriel et commercial (EPiC) le CIRAD, un institut de recherche français, l’INRAE

Chacun d’entre eux a successivement pris la parole et échangé sur la mise en place, l’organisation, les souhaits pour l’évolution de la science ouverte dans leur établissement

Le tableau comparatif suivant met les établissements en perspective et permet une comparaison des pratiques actuelles par rapport à l’enseignement du PDG auprès des chercheurs.


TABLEAU COMPARATIF


ANALYSE DES PRATIQUES

ORGANISATIONS

Les quatre site possèdent une politique institutionnelle mise officiellement en place et qui permet une meilleure reconnaissance des pratiques de la science ouverte. Certains possèdent une charte, un service dédié ou service support, un comité directorial.

EFFECTIFS

L’université de Lorraine, par sa taille dispose d’un comité de 7 personnes dédiées à la science ouverte et plus spécifiquement à la politique de gestion des données.

L’INRAE et l’université de Lausanne disposent toutes deux entre 0.3 et 1 ETP ce qui correspond en moyenne à deux personnels parfois à 30 % de leur temps de travail dédié à la gestion des données. C’est peu compte tenu des besoins.

CONTACTS LABO

L’université de Lorraine a mis en place un système d’ambassadeurs de la données en recrutant parme les chercheurs les plus motivés à aider la science ouverte dans les labos. Le comité compte sur une émulation par les pairs dans les unités de recherche.

L’INRAE, consciente de la montée en charge de HAL et de la mise en place des DMP pour le sprojets financés pour moitié sur fonds publics souhaite recuter un/et ou des data scientist ainsi que des datas librarian parmi ses personnels. A noter la présences de référents Europe pour les projets scientifiques européens. Uns difficulté cependant est signalée pour les checheurs en poste à l’tranger qui n’ont pas forcément une bonne connexion internet ou pas de connexion du tout. L’aide à la rédaction des dmp pose soucis. A prioriser dans uj proche avenir.

L’Université de Lausanne se distingue par des audits sur site. En allant directement observer les pratiques courantes des chercheurs quant à la gestion de leurs données, les personnels du service dédié ont une action efficace mais disposent d’un manque de temps notoire ainsi que de personnels.

LES FORMATIONS

Elles se faisaient beaucoup avant la crise sanitaire sous forme d’atelier d’environ 1h, 1h30 avec 15 à 20 personnes.

Des rencontres étaient aussi organisées lors de journées thématiques type la semaine du DMP à Lausanne.

Les accompagnements à la demande en individuel ou en groupe se font aussi ainsi que la correction des dmp après envoi par mail.

De nombreux outils en ligne permettent aujourd’hui en pleine crise sanitaire de se former en distanciel (tutoriels coopist-cirad, 15 mins université Lausanne.) Beaucoup existaient avant avec le développement de l’ingénierie pédagogique.

LES OUTILS

Tous travaillent avec le modèle DMP Opidor ou s’en inspirent pour rédiger leur propre DMP qu’ils déposent soit sur Opidor soit sur leur plateforme ( Agritop)

A noter que bp ne savaient pas que le portail OPIDOR ne conserve pas les dmp déposées au delà de 5 ans. Ce n’est pas une plateforme qui assure la conservation.

SYNTHESE

VOLONTÉ POLITQUE PRIMORDIALE

Les quatre sites ont ancré leur action dans le cadre d’un volonté politique et d’un suivi de la part de l’institution à laquelle ils appartiennent. L’université de Lorraine a fait de la science ouverte un de ses priorités et s’est doté de moyens pour y arriver. Les autres structures ont fait de même en inscrivant leur action par une charte ou sur la durée avec des plans (plan CIRAD 2019-2023) avec le respect d’une éthique et des règles de bonnes pratiques à appliquer.

A noter que la politique des “petits pas” reste malgré tout la règle pour beaucoup de ces services. Bien que soutenus par l’institution, ils rencontrent sur le terrain des difficultés de perception, de compréhension de la part de leurs interlocuteurs chercheurs. La science ouverte avance doucement mais sûrement.

MANQUE DE PERSONNELS

Sur les quatre sites, au moins deux expriment un manque de personnels pour pouvoir mettre en place d’autres actions en direction des chercheurs. l’INRAE veut faire appel à son réseau de scientifiques sur site ( les ingénieurs, les chercheurs, les chefs de projets) pour les impliquer en tant que référents et permettre ainsi d’étoffer l’offre de service. A noter l’importance des échanges avec le chercheurs sous forme d’enquête d’où s’est dégagé le besoin de création d’un forum d’échange.

RETOURS D’ENQUÊTES NÉCESSAIRES

Deux des quatre structures signalent des questionnaires d’enquête transmis aux chercheurs pour mieux cibler leurs besoins.

Le CIRAD souligne l’importance d’un suivi régulier qui va au delà des besoins pour les projets subventionnés. Les chercheurs ont besoin de s’approprier dans leur pratique quotidienne une pratique de gestion des données. Ils ont besoin d’infos sans trop d’infobésité, 51 % d’entre eux ne connaissent pas le PGD dans les unités de recherche du CIRAD. A noter qu’un répondant signale vouloir déléguer la rédaction du PGD à d’autres personnes car il considère que cette activité ne relève pas de sa compétence. A noter qu’aucun des sites indiqué n’a vocation à réaliser de PDG à la place du laboratoire mais accompagne celui-ci dans la rédaction du PDG et dans l’acquisition de connaissance sur la gestion des données.

SUGGESTIONS

Les quatre site suggèrent les points suivants :

  1. Renforcement de l’appui institutionnel
  2. Augmentation des personnels dédiés à ces services
  3. Systématisation des PGD dans tout appel à projet financé ou non par des fonds publics
  4. Meilleure liaison entre les chercheurs et les service d’appuis.

CONCLUSION

Suite à cette visioconférence qui concernait les PGD, nous avons pu dégager des permanences notamment en terme de formations qui se font le plus souvent sous forme d’ateliers, de rencontres thématiques, de rendez-vous individuels. Peu de jeux sur les formats de données, le public et le sujet se prêtant probablement difficilement à ce format qui concerne plus facilement les doctorants.

L’INRAE et le CIRAD possèdent en outre une culture de la donnée prononcée ainsi que des services supports existant déjà depuis un certain temps.

Les universités quant à elles ont mis en place des services qui n’ont guère à rougir de la comparaison mais qui parfois manquent de moyens ainsi que de personnels dédiés, ce qui est notamment le cas de l’université de Lausanne.


Sensibliser au plan de gestion de données


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.