De retour avec “Nature”

Me revoici de retour avec quelques mois de publications irrégulières. Ce carnet de recherche continue de publier l’actualité de la Science ouverte et plus globalement relaie des infos liées à la Recherche et que l’on ne voit pas partout.
L’actualité de la Science Ouverte se recentre en ce moment sur les “données” de la recherche. Et qui dit “données” ne dit pas “publications”. “Données” au sens propre de data, unité de base d’étude. Tout chercheur manipule des datas. Quand il rédige un dmp pour une demande de subvention à l’ANR, quant il soumet un data paper à un éditeur ou qu’il le dépose en archive ouverte spécialisée pour sauvegarder ses datas. A cette occasion, il va sur un annuaire spécialisé tel Re3Data qui lui donne le nom et l’adresse de multiples repositories de datas certifiés.

En informatique, en mathématique, en santé, plus globalement en STM mais aussi en SHS, le chercheur travaille avec des datas d’où la volonté du MESRI d’établir un suivi de l’ouverture des données de la recherche, des codes sources mis à disposition en libre accès gratuit.


Cependant, cet article ne va pas traiter de ce sujet d’actualité mais bien des APC.


Les articles processing charges sont des frais demandés aux chercheurs par les éditeurs pour permettre aux premiers de publier en archive ouverte. Ce paiement correspond souvent à des frais élevés que les petits laboratoires ne peuvent pas se permettre de financer. C’est pourtant la voie dite “gold” de l’open access car elle permet un accès gratuit à la publication en texte intégral.

“Gratuit”, vous le voyez bien, n’est pas vraiment le mot puisque ce sont les chercheurs, les laboratoires, l’institution qui les emploie qui paient ses frais.
L’éditeur vous dira que celà compense le manque à gagner qui sera le sien puisque la publication va être déposée et accessible gratuitement sans être obligé de payer un abonnement à la revue en question.
Il se trouve que les APC ne cessent d’augmenter année après année. Ce que le chercheur gagne en visibilité, il va le perdre en argent.


Les revues se targuent sur ce modèle d’être conformes à la notion d’open access puisqu’elles permettent la mise à disposition du document en archive ouverte. Mais si l’accès au document en question est gratuit, le prix à payer pour qu’il le soit est parfois démentiel.
Vu dernièrement sur twitter, le prix des APC à débourser par un chercheur pour publier dans la célèbre revue Nature.

Publishing options Nature

copie écran twitter 20210904

Si le chercheur veut publier sur Nature, il doit débourser 9500 eur ! Et il est indiqué que Nature promeut le libre accès de la Recherche. Il est bien sûr indiqué que le chercheur est libre de publier selon la voie “traditionnelle” en rendant son travail accessible via son institution en s’abonnant à Nature. A ce moment là, il n’aura pas à payer d’APC.


Dans tous les cas, il faut payer . Et quand c’est Nature, une des revues vedette à fort facteur d’impact, on paie.

Ne rentrons pas dans le détail des publications soumises à trois Nature à la fois : Nature physics, génétics, méthods. Là, on vous fait un cadeau chercheurs. Vous ne paierez plus que 4790 eur d’APC. Autant soumettre dans toutes les spécialités de Nature existantes : Nature physique, mathématiques, chimie, biologie, génétique la paléontologie, la géologie, les sciences de l’évolution, l’archéologie etc… Comme celà, le chercheur est sûr de ne plus rien payer du tout tant qu’à faire.


Bref, on est encore loin de la diffusion gratuite des publications scientifiques. Il faut bien que les éditeurs scientifiques vivent mais peut-être serait-il souhaitable de les faire rentrer en concurrence avec la voie diamant. Les chercheurs cherchent, écrivent, se corrigent, et publient.
Là, peut-être, les éditeurs seront un peu moins de mauvaise foi et feront un peu plus d’efforts dans le cadre des “transformative agreements“.

A suivre…

Ouvert, vous avez dit ouvert ?
licence cratice common CC-BY. Article du 04/09/2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.