Libre ou pas ?

Connaissez-vous Stencila ? https://hub.stenci.la/projects/ Stencila est une plateforme de documents exécutables. Les articles et les données associées à un projet de recherche sont déposés sur la plateforme. Le lecteur peut télécharger tout ce matériel s’il en a besoin, l’objectif affiché étant de faciliter la reproductibilité de la recherche. Le travail collaboratif sur un projet est aussi facilité.

Quand on se crée un compte, on peut s’identifier en passant par Google, Twitter, Orcid. Une fois identifié, on a accès à tous les projets déposés en mode visible https://hub.stenci.la/projects/. Manifestement, l’outil répond à un besoin puisque de nombreux chercheurs ont commencé à l’utiliser. Il semble aller dans le sens de la science ouverte avec la mise à disposition des données du projet. Ainsi, si l’on parcours cet article (traduction) Les fourmis formicines avalent leur poison hautement acide pour la sélection et le contrôle des microbes intestinauxon peut accéder à un fichier XML qui reprend l’article mis en ligne, un fichier datas source avec des fichiers .jpeg qui reprennent les graphiques, des fichiers JSON, des instantanés qui reprennent le travail de chaque chercheur sur un temps donné, dans le projet. Celà permet de suivre son évolution.

La page Index du site Stencila indique que la plateforme est 100 % open source. On peut y travailler avec R, la forge logicielle Github, les Notebooks Jupyter, les fichiers Openoffice, convertir des documents formats MarkDown en Google docs, bref un outil très pratique correspondant aux besoins des chercheurs d’aujourd’hui, préoccupés par les bonnes pratiques de science ouverte, le partage du code de leurs travaux, la reproduction de leurs recherche possible grâce à Stencila en toute transparence.

Mais quand on y regarde de plus près, on bondit. La désignation OpenSource est exacte puisque le code du logiciel est mis à disposition sur GitHub https://github.com/stencila pour permettre à chacun d’améliorer le code. Cependant, on s’aperçoit vite que le logiciel est payant par abonnement, contredisant la philosophe du libre. Et qui dit paiement dit droits.

Quand on avance un peu plus dans le chapitre “termes et conditions” https://policies.stenci.la/terms dans le footer, voici ce que l’on peut y lire :

Licence

Sauf indication contraire, Stencila Ltd et/ou ses concédants détiennent les droits de propriété intellectuelle pour tout le matériel sur Stencila Ltd. Tous les droits de propriété intellectuelle sont réservés. Vous pouvez afficher et/ou imprimer des pages de http://hub.stenci.la pour votre usage personnel sous réserve des restrictions définies dans les présentes conditions générales.

Il ne faut pas:

  1. Republier le matériel de http://hub.stenci.la
  2. Vendre, louer ou sous-licencier du matériel de http://hub.stenci.la
  3. Reproduire, dupliquer ou copier le matériel de http://hub.stenci.la

Redistribuer le contenu de Stencila Ltd (sauf si le contenu est spécifiquement conçu pour la redistribution).

En d’autres termes, les données liées au logiciel Stencila appartiennent à la société basée en nouvelle Zélande, ce qui est normal mais que signifie “republier le matériel de http://hub.sctenci.la ? De nombreux projets de chercheurs sont publiés sur ce site, y compris leurs données de travail. A qui exactement appartiennent ces données. L’auteur en est-il le propriétaire ou Stencila le devient-il à partir du moment où il publie ces données. Là est tout le noeud du problème de ce type de plateformes hybrides. A la fois, d’usage public, abritant très probablement des données issues de recherches financées sur fonds publics, elles sont librement accessibles mais pas réutilisables librement. Le propriétaire en est Stencila, société privée qui dans son annonce de départ mélange des outils libres et des outils propriétaires. Les google docs ne sont pas des outils libres que je sache, les fichiers Word no plus à moins que je ne me trompe. Au final, une soupe hybride ou logiciels propriétaires et logiciels vraiment libres se côtoient sous l’égide de Stencila, propriétaire des données déposées sur sa plateforme.

On n’est pas loin du modèle Académia, ResearGate qui, sous prétexte de faciliter les échanges entre chercheurs dépossèdent ceux-ci de leur travaux. Et quid de ces derniers si le site ferme ? Tout disparaît, corps et bien, publications et données.

Voilà pourquoi rédiger des articles exécutables, oui ! Mais avec les bons outils. De vrais logiciels open source, de vraies plateformes indépendantes émanant d’institutions ou de gouvernements, pour la diffusion de la Culture Scientifique et la préoccupation du Bien Commun.


Mise à jour du 20/06/2021. Article sous licence Créative Common CC-BY. Illustration Eliane Caillou. Logo Open Access. Licence CC0.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search