LE PLAN DE GESTION DES DONNEES

opidor
Logo Opidor

INTRODUCTION

En 2019, l’Agence Nationale pour la Recherche a décidé de mettre en place des procédures obligatoires qui vont dans le sens de la promotion de la science ouverte. Dans le cadre du programme Horizon 2020, tout projet de recherche financé au moins par moitié par l’état doit être diffusé en accès ouvert pour permettre au plus grand nombre d”accéder aux résultats de cette recherche en toute transparence. Du bon usage de deniers publics, le contribuable peut donc vérifier à quoi et comment est employé son argent. Indépendamment de cette exigence de transparence, mettre les données de la Recherche en accès ouvert participe à leur libre circulation et aux échanges entre chercheurs.

Parmi les procédures obligatoires, il est est une qui réclame la rédaction de la part de l’équipe de recherche qui candidate sur un projet financé sur fonds publics d’envoyer lors de sa candidature au dit projet un plan de gestion des données ou PDG dit DMP en anglais (Data Management Plan)

De nombreux écrits ont été publiés à ce sujet et notre propos n’est pas d’en faire l’analyse mais d’être avant tout concrêt et concis

Des DMP publics sont accessibles sur le site DMP Opidor de l’INIST. Ils fournissent des modèles dont les chercheurs peuvent s’inspirer lors de la rédaction de leur propre DMP

Nous avons choisi de mettre en avant celui de l’Université Paris 7 Denis Diderot car il est clair, simple et permet de dégager les principales lignes importantes pour la rédaction dudit DMP.

REDACTION DU DMP SELON UN MODELE

“Ce plan de gestion des données est proposé par les Universités Paris Descartes et Paris Diderot. Il s’adresse prioritairement aux chercheurs affiliés à ces deux établissements et à la ComUE Sorbonne Paris Cité mais reste un outil accessible et utilisable par tous. Il intègre dans sa structure et ses recommandations les principes des FAIR Data désormais attendus de certains financeurs comme la Commission Européenne. Si le plan de gestion de données doit rester un document “unique”, nous proposons une structuration en 4 étapes fruit de nos échanges avec le terrain. Les trois premiers onglets peuvent faire l’objet d’une première version adressée dans les 6 premiers mois suivant l’acceptation du projet (critère H2020) puis de mises à jour régulières. L’onglet 4 étant, quant à lui, attendu lors de la phase finale d’évaluation du projet. Au regard de notre expérience, ce découpage nous semble plus réaliste vis à vis de la montée en charge d’un projet de recherche et plus à même de garantir une gestion des données conforme aux objectifs du projet.”

Université de Paris 7. Denis Diderot


GENERER SON DMP : une autre solution

Une autre solution simple et rapide sera de générer son propre DMP. Vous devrez alors vous identifier de façon personnelle ou en passant par votre institution comme sur HAL.fr.

Une fois entré sur le portail OPIDOR, vous pourrez vous même générer votre DMP d’après les modèles qui vous sont proposés sur dmp.opidor. Pour se faire, vous suivrez préalablement en ligne le tutoriel mis à votre disposition. Il vous indiquera les différentes étapes et recommandations à respecter.

GUIDE GTSO-COUPERIN : une aide supplémentaire

Pour améliorer vos chances de rédiger une candidature conforme aux règles de la Science ouverte en vigueur pour les projets financés sur fonds publics, un guide est aussi à votre disposition.

“Le Groupe Données du GTSO-Couperin a travaillé à un guide à destination des porteurs de projets ANR pour les aider à intégrer les aspects Science Ouverte à leur projet lors de la rédaction de celui-ci. La date limite de dépôt des projets ANR (AAPG) est le mercredi 20 mai, soit dans un mois.”

Romain Féret – Pilote du GT Données du GTSO-Couperin

Armés de tous les outils nécessaires, il ne vous reste plus qu’à rendre votre copie pour le 20 mai.


dandelion
Dandelion. Image libre de droits

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

POUR UNE CULTURE DU LIBRE

Il est très difficile aujourd’hui d’arriver à produire du neuf avec tous ces articles qui sortent sur le coronavirus et sur la science ouverte

Tout a été dit ou presque car tous les jours de nouveaux articles sortent, le mien y compris

Les blogs fleurissent, les articles de journaux sont pléthore et les revues scientifiques mettent en masse leurs articles en libre accès le temps de la pandémie

Cependant, dans ce flux d’informations où l’on se noie tous, des voix s’élèvent pour dire paradoxalement que l’accès au Savoir n’est pas assez ouvert.

Au début, je n’ai pas compris, il n’ y a qu’à se pencher et se servir, on trouve des fakes, des articles du Monde, du Temps, du New York Times, des journaux sur abonnement qui ouvrent leur contenu et en côtoient d’autres, en accès ouvert depuis longtemps.

On trouve aussi des articles scientifiques publiés dans des revues de renom commme The Lancet ou The New England journal of Medecine,

Couperin met lui-même à disposition une liste à jour des revues qui passent en accès ouvert le temps de la crise.

Alors pourquoi lancer ce pavé dans la mare et venir nous dire qu’il n’y a pas assez d’infos.

Car parallèlement à cet afflux, on entend aussi que les chercheurs du monde entier n’ont pas accès à l’info sur le Covid 19 ????

On lit aussi que le Libéria au temps d’EBOLA 1 n’avait pas accès à l’information scientifique car payante et trop chère pour eux, que les chinois eux mêmes au moment de l’arrivée et de la montée en masse de la pandémie étaient déjà sur le pont en décembre et début janvier avec des observateurs de terrain à Wuhan. Ils se servaient encore et toujours des réseaux sociaux pour communiquer l’existence d’une contamination du covid19 d’humains à humains. 2

Le 20 janvier l’état chinois reconnaissant lui-même cette contamination.

Mais la nouvelle n’a été publiée dans les revues prestigieuses anglophones internationales que le 27 et 28 janvier 2020.

Mieux, le gouvernement chinois encourageait les publications locales et non internationales. Le MoST (Ministère de la Science et de la Technologie) ordonnait aux universités chinoises de limiter le recours aux articles à facteur d’impact […] stipulant ainsi que le nombre de documents ne peut pas être employé comme critère essentiel pour apprécier les performances de la Recherche.

On apprend aussi que la litterature scientifique mondiale COVID 19 n’est accessible en libre accès que pour la production la plus récente mais que les scientifiques ont publié sur le sujet, depuis les années 1960 et que ces articles (plus de 13000) ne sont pas en libre accès.

On pourra nous objecter que ce sont des articles anciens moins pertinents pour le sujet qui nous occupe mais il se trouve que des articles récents de la Recherche sur le covid19 sont alimentés par des observations décrites dans ces articles plus anciens, datant parfois de 1988 et non disponibles en accès ouvert

Alors, les éditeurs font peut-être des efforts pour mettre en ligne gratuitement des revues prestigieuses mais où peut-on trouver la totalité de la production scientifique COVID ? En réalité, nul part moins de payer.

Elle dort dans des archives d’éditeurs scientifiques prestigieux . Ils mettent à libre disposition la frange congrue d’un savoir dont les chercheurs ont certes, besoin pour travailler. Mais celle-ci reste incomplète, à moins encore une fois, de payer pour y accéder.

Alors question : Le Savoir est-il toujours condamné à appartenir aux Puissants ? Aux 21e siècle ce ne sont plus les Eglises mais les éditeurs scientifiques : Elsevier, Springer, Taylor et Francis, Wiley pour ne citer qu’eux.

La vie n’a pas de prix. En gardant cette partie de la litterature scientifique en accès payant c’est la vie humaine qu’ils prennent en otage au nom du Profit et de l’Argent

Cependant, au milieu de tout ce charivari, on trouve de bonnes nouvelles, des bouillonnements ont encore lieu, du nouveau, des essais, de la créativité.

Et de là, émergent des découvertes. Il faut ainsi s’intéresser aux pré-print dont le nombre de publications explose en ce temps de covid. Les chercheurs sont au travail et échangent leurs résultats via les serveurs de pré-print medRxiv et bioRxiv3

Le phénomène de création sans lequel la Recherche n’est rien n’a pas tout à fait été acheté par les grands éditeurs. Il est encore là, dans ces serveurs qui proposent la lecture gratuite et les communications scientifiques qui n’ont pas encore été labelisées par les pairs.

Les chercheurs se reconnaissent entre-eux et reconnaissent la validité de leur travail quand c’est le cas. Ces pré-prints sont le terreau, la richesse, de la recherche mondiale, sans frontière ni géographique, ni d’argent.

La Recherche doit se disséminer aussi rapidement que le virus” lit-on dans le Temps si l’on veut avoir une chance d’éradiquer cette pandémie.

Nous disposons d’autres outils pour celà. Des plateformes de dépôts et d’échanges tel Github qui permettent de déposer des plans, des données, des logiciels à partager.

Tels les respirateurs. Framasotf, association qui milite pour le partage des données nous rappelle qu’en France, un seul producteur de respirateurs existe alors que la demande explose dans notre pays.

Le manque actuel de respirateurs aurait pu être amoindri si les techniques de fabrications professionnelles et des plans librement réutilisables avaient été diffusés depuis longtemps”

Et que dire du gel hydroalcolique dont la fabrication n’a pas souffert de dépôt de brevet. ?

Son inventeur a développe pour l’Organisation Mondiale de la Santé une formule de gel hydro-alcoolique libre de tout brevet, qui a été associée à un guide de production locale complet pour favoriser sa libre diffusion.”

Aujourd’hui nous en fabriquons nous même. J’ai vu sur les réseaux sociaux nombre d’initiatives de fabrication de gels hydroalcooliques réalisés par les étudiants en chimie ou biochimie dans les laboratoires de recherche et fournis au personnel soignant quand il y avait des manques.

L’intelligence collective est à l’oeuvre chez le chercheurs. Il faut faire vite pour sortir d’une crise sanitaire sans précédent. Mais encore faut-il leur donner les moyens, TOUS les moyens pour y arriver.

Les solutions passent par l’accès ouvert total et la gratuité du Savoir. L’Association Framasoft a ainsi relayé une initiative de :

  • Lionel Maurel, Directeur Adjoint Scientifique, InSHS-CNRS ;
  • Silvère Mercier, engagé pour la transformation de l’action publique et les communs de capabilités ;
  • Julien Dorra, Cofondateur de Museomix

qui militent pour “Pour un plan national pour la culture ouverte, l’éducation ouverte et la santé ouverte”

Ce n’est probablement qu’à ce prix et en abandonnant la course au profit et à la domination, en encourageant les initiatives individuelles et la liberté d’accès au Savoir que le vrai Savoir se dégagera de ce bouillonnement créatif gratuit vers une amélioration de la Condition Humaine


Image mise en avant : image colorisée d’une cellule infectée (en vert) par le SARS-COV-2 (en violet) – CC BY NIAID Integrated Research Facility (IRF), Fort Detrick, Maryland

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

References

1, 3.https://www.letemps.ch/sciences/coronavirus-met-revues-scientifiques-pression
2.The Coronavirus (COVID-19) outbreak highlights serious deficiencies in scholarly communication écrit par Vincent Larivière, Fei Shu et Cassidy Sugimoto. paru le 5 mars 2020 sur LSE Impact Blog (London School of Economic)