LES RÉSEAUX SOCIAUX ACADÉMIQUES

Ma veille documentaire de ce mois m’a permis de lire un excellent article de l’université de Liège. Cet article a lui même été cité sur twitter par Bernard Rentier, spécialiste de l’open access.

Il s’agissait d’analyser le fonctionnement des réseaux académiques tels Researchgate, Academia et de comparer leurs usages de dépôts de travail scientifique par rapport aux archives ouvertes nationales telles HAL.

Sans faire de redite par rapport à l’article en question, il reste nécessaire encore et toujours de signaler à la communauté scientifique et aux chercheurs qui utilisent ces réseaux sociaux à quoi ils s’exposent quand ils déposent et partagent leur travail sur ces plateformes.

Nous allons reprendre quelques points essentiels.

Statut économique des réseaux académiques

Ces réseaux sociaux appartiennent à de grands groupes privés obéissant à une logique commerciale. Leur objectif n’est pas d’oeuvrer dans le sens d’une meilleure circulation du Savoir mais de récupérer vos données privées et de les centraliser dans des banques de données qui servent de réservoirs d’adresses et d’informations sur vos pratiques. Ces informations sont monnayables et assurent à ces sociétés une importante valeur marchande négociale lors d’achats futurs par d’autres sociétés. Dans tous les cas, l’intérêt n’est pas scientifique mais commercial.

Votre inscription sur ces plateformes

N’importe qui peut s’inscrire sur ses plateformes sans que son identité de chercheur ne soit vérifiée. Plus grâve, certaines identités sont utilisées sans demander l’autorisation préalables des chercheurs concernés. Elles servent à envoyer des mails à d’autres collègues, chercheurs, contacts sous forme d’invitations automatiques. Le but étant d’élargir le réseau, de multiplier le nombre d’adhérents pour en faire une plateforme incontournable.

Votre dépôt en texte intégral sur ces plateformes.

Quand vous déposez du texte intégral sur ces plateformes, il vaut mieux vérifier si vous en avez le droit. En effet, les éditeurs fournissent des autorisations de dépôt en texte intégral pour les archives ouvertes de type institutionnel mais pas nécessairement pour les réseaux académiques. En France, la loi pour une République numérique encourage fortement le dépôt sur archive ouverte et met en avant la plateforme institutionnelle HAL pour le dépôt. Elle ne signale nulle part sa position par rapport au dépôt en réseau académique.

En ce sens l’article de l’université de Liège vous encourage à juste déposer des liens ver les références bibliographiques de votre travail mais pas votre texte intégral

Perrenisation des données

Dans une archive ouverte, vos données vont évoluer avec l’évolution des techniques. Les formats de fichiers évoluent constamment. Vos données peuvent se perdre si elle ne suivent pas ces évolutions et migrer vers des supports mieux adaptés. En France, Le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD) assure ces migrations et garantit la conservation dite “perrenne” de vos données.

Quid de la politique de la donnée de ResearchGate ou Academia ? Comment se positionnent-ils sur la question de la conservation perrenne des données ? Déposer du texte intégral sur ces plateformes expose, à terme, à des difficultés de diffusion de votre travail, voire à la perte de vos données.

Ces quelques points à nouveau rappelés ici doivent vous encourager à lire l’intégralité de l’article de l’université de Liège. En devenant un usager averti des pratiques de ces plateformes, vous pourrez les utiliser à bon escient sans vous exposer à en devenir les victimes non consentantes.

Licence CC-BY-NC

Mis à jour le 09/04/2021.