eLife

En furetant à droite à gauche pour ma veille documentaire, j’ai découvert eLife sur le blog d’Alain Maisonneuve. ELife est une plateforme éditoriale qui passe réellement pas une transformation de son modèle Il ne s’agit pas d’accords transformants dans sa définition officielle dont le concept est fort décrié puisqu’il n’a de transformant que le nom mais bien d’une transformation progressive du modèle éditorial.

Que demande eLife aux chercheurs qui veulent publier dans la revue ?

En premier, de déposer sur des plateformes de préprints pour que l’article soit visible et en accès direct et gratuit. S’ensuivra une évaluation ouverte du préprint avec communication des corrections pour permettre à chaque lecteur intéressé et à chaque relecteur de prendre connaissance des points positifs et des points discutés. Cette évaluation transparente est aujourd’hui plébiscitée par bon nombre de chercheurs pour éviter les dérives dans les jugements d’un article, les conflits d’intérêt, une évaluation entachée par les conflits existants entre chercheurs. Si tout est transparent et discuté, les critiques acerbes ou injustifiées non plus lieu d’être puisque visibles. L’ouverture et la transparence garantissent le sérieux de l’évaluation.

Bien sûr les chercheurs voulant éviter de passer par ce modèle pourront encore, durant un certain temps, soumettre leur article par une évaluation par les pairs traditionnelle et si l’article est validé par l’attribution d’un DOI et une publication sur ELife mais à terme la revue se positionne très clairement vers des pratiques d’ouverture et des critères d’évaluation conformes à la science ouverte. En mettant de côté les critères quantitatifs de h-index et d’impact factor et en privilégiant le “publier puis réviser” ils sont en droite ligne des nouvelles pratiques et nouveaux modèles qui mettent en avant le contenu de l’article et sa discussion à partir du préprint. Ils rejoignent en celà Twitter qui a vu de nombreuses communications de préprints, des échanges en direct entre chercheurs et une accélération du processus de maturation de l’expérience scientifique et de sa communication avec l’arrivée du COVD19 et la recherche d’un vaccin.

ELife fait partie d’un mouvement initié par la déclaration de Budapest et que l’on retrouve avec PCI Community, Scipost, Épisciences. Encore à la marge en France mais en constante évolution, le chercheurs se réapproprient eux-mêmes leurs outils de publication scientifiques. A l’image du modèle Diamant avec Scielo en Amérique du Sud, ils se constituent en réseau. Leur modèle économique est le plus souvent associatif et l’équipe dirigeante est composée de chercheurs qui ont choisi de  s’impliquer dans le mouvement de la science ouverte, parfois sans le savoir mais toujours dans le soucis de faciliter la circulation du savoir scientifique avec des chercheurs au service des chercheurs

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search